Qui est en ligne

Il y a actuellement 1 invité en ligne
Bienvenue sur bardessciences.net
Le sucre: Ami ou faux ami ?
28-04-2015
TODO supply a title

Mercredi 6 mai 2015, 19h30

Image
crédit lobbycratie.fr

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

Le sucre: Ami ou faux ami ?

Vanessa Gouyot Michel Crepin
dieteticienne-nutritionniste à la clinique du Landy à Saint-Ouen professeur d'oncologie à la faculté de médecine, Université Paris 13 de Bobigny (INSERM)

Barbes à papa, berlingots, bonbons, caramels, confitures, meringues... Le sucre, source de tous les délices !

Connu depuis l’Antiquité, le sucre de canne a été utilisé comme médicament jusqu’au XVIIème siècle. Rare et précieux, il était réservé aux plus riches. Ce n’est qu’ au XVIIIème siècle que le sucre est entré dans la cuisine, avec l’intensification de l’exploitation de la canne à sucre dans les Antilles et l’Amérique du Sud. Il est devenu un ingrédient indispensable de la cuisine et de la pâtisserie. Le développement de la betterave sucrière a démocratisé sa consommation en Europe lors de la révolution industrielle, aux XIXème et XXème siècles.

De canne ou de betterave, le sucre est aujourd’hui largement utilisé par l’industrie agroalimentaire et présent à la fois dans toutes sortes de produits, sucrés ou salés. Le risque, c’est qu’une alimentation trop riche en sucre peut entraîner du surpoids et de l’obésité chez les enfants et adolescents, du diabète, des maladies cardiovasculaires et certains cancers chez les adultes. Sans oublier les caries ! Manger moins de sucre est donc un enjeu de santé publique.

Entre plaisir et risque, comment consommer au mieux cet ami…. ou faux ami ?

Dernière mise à jour : ( 28-04-2015 )
 
Mardi de l'espace: Satellites, avions, drones Souriez, vous êtes observés !
01-04-2015
TODO supply a title

Mardi 21 avril 2015, 19h30

crédit: CNES

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

Satellites, avions, drones Souriez, vous êtes observés !

Murielle Lafaye Thierry Rousselin Jacques Arnould
CNES Magellum CNES

Auparavant cantonnés à des usages nationaux régaliens ou de Défense, les moyens d'observation depuis l'espace augmentent en nombre et se diversifient. Avec des satellites toujours plus performants, il est désormais possible d'appréhender des objets de la taille du mètre et demain de l'ordre de 30 cm. Les drones trouvent des usages dans des domaines très variés allant de la gestion d'un vignoble à l'inspection d'ouvrages d'accès difficile, mais aussi pour survoler des zones sinistrées et coopérer à la gestion d'une catastrophe. A quels changements faut-il s'attendre dans le paysage industriel spatial et dans celui des services ? Et pour nous, citoyens, quelles améliorations pouvons-nous nous attendre dans notre quotidien ?

Dernière mise à jour : ( 01-04-2015 )
 
Un amour de robot : celui qui voulait passer pour un homme
19-03-2015
TODO supply a title

Mercredi 1 avril 2015, 19h30

Image
Japan's humanoid robot has emotions, crédit sina.com

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

Un amour de robot : celui qui voulait passer pour un Homme

Catherine Pélachaud Emmanuel Grimaud Benoît Le Blanc
Spécialiste de l’informatique émotionnelle et des « agents conversationnels animés », Directrice de recherche au CNRS / TELECOM ParisTech. Laboratoire LTCI, UMR CNRS-51-41 Anthropologue des techniques, docteur en ethnologie, travaillant sur la cinétique des interactions. Chercheur au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) UMR 7186 - CNRS / Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Directeur adjoint de l’École nationale supérieure de cognitique de Bordeaux, enseignant-chercheur à l’IMS (UMR 5218). Études sur la place de l’humain dans la modélisation des systèmes d’information

En 1950, le britannique Alan Turing établit le fameux test qui définit à quelle condition une machine peut être considérée « intelligente ». Sa prédiction est que le défi sera relevé environ cinquante ans plus tard. Les faits lui donnent-ils raison ?

Le 7 juin 2014, Eugène Goostman, derrière lequel se cache un ingénieux programme informatique, se fait passer pour adolescent Ukrainien de 13 ans. Bluffant : 33% du jury se laisse convaincre qu’il s’agit d’un humain. Que faut-il en conclure ?

Les robots peuvent-ils à ce point nous leurrer ? A l’image du programme « Samantha » dans le film Her, sont-ils capables d’exprimer des émotions et de nous séduire ?

Les ingénieurs, en tout cas, multiplient les expériences pour rendre les robots humanoïdes plus familiers et plus interactifs. Ils travaillent, par exemple, sur la communication non-verbale : les expressions du visage, le rire, les postures, la gestuelle… .

D’où le souhait de comprendre ce qui entre en jeu lorsque nous interagissons avec ces machines anthropomorphes, et comment nous pouvons gérer cette relation avec ces êtres artificiels qui, pour certains, nous ressemblent tant.

Dernière mise à jour : ( 19-03-2015 )
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 4 sur 47

Côté BAR...

Les règles du jeu pour que nous puissions nous enivrer de connaissances au café du Pont-neuf, bien au chaud, dans une ambiance agréable, et où nous pouvons stocker notre matériel en toute sécurité :

6€ pour toute 1ère consommation (café, thé, soda, bière, verre de vin…) ;

10€ pour toute 1ère consommation d'un niveau supérieur (whisky, gin, porto, grandes bières..) ;

cette majoration de la première consommation vaut même si elle accompagne un plat.

Pour le reste, tous les sourires que vous pourrez faire aux serveurs qui se démènent seront gratuits !