Qui est en ligne

Bienvenue sur bardessciences.net
Un amour de robot : celui qui voulait passer pour un homme
19-03-2015
TODO supply a title

Mercredi 1 avril 2015, 19h30

Image
Japan's humanoid robot has emotions, crédit sina.com

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

Un amour de robot : celui qui voulait passer pour un Homme

Catherine Pélachaud Emmanuel Grimaud Benoît Le Blanc
Spécialiste de l’informatique émotionnelle et des « agents conversationnels animés », Directrice de recherche au CNRS / TELECOM ParisTech. Laboratoire LTCI, UMR CNRS-51-41 Anthropologue des techniques, docteur en ethnologie, travaillant sur la cinétique des interactions. Chercheur au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) UMR 7186 - CNRS / Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Directeur adjoint de l’École nationale supérieure de cognitique de Bordeaux, enseignant-chercheur à l’IMS (UMR 5218). Études sur la place de l’humain dans la modélisation des systèmes d’information

En 1950, le britannique Alan Turing établit le fameux test qui définit à quelle condition une machine peut être considérée « intelligente ». Sa prédiction est que le défi sera relevé environ cinquante ans plus tard. Les faits lui donnent-ils raison ?

Le 7 juin 2014, Eugène Goostman, derrière lequel se cache un ingénieux programme informatique, se fait passer pour adolescent Ukrainien de 13 ans. Bluffant : 33% du jury se laisse convaincre qu’il s’agit d’un humain. Que faut-il en conclure ?

Les robots peuvent-ils à ce point nous leurrer ? A l’image du programme « Samantha » dans le film Her, sont-ils capables d’exprimer des émotions et de nous séduire ?

Les ingénieurs, en tout cas, multiplient les expériences pour rendre les robots humanoïdes plus familiers et plus interactifs. Ils travaillent, par exemple, sur la communication non-verbale : les expressions du visage, le rire, les postures, la gestuelle… .

D’où le souhait de comprendre ce qui entre en jeu lorsque nous interagissons avec ces machines anthropomorphes, et comment nous pouvons gérer cette relation avec ces êtres artificiels qui, pour certains, nous ressemblent tant.

Dernière mise à jour : ( 19-03-2015 )
 
Mardi de l'espace: Vivre dans l’espace
02-11-2013
TODO supply a title

Mardi 17 mars 2015, 19h30

crédit: CNES

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

Vivre dans l’espace

François Spiero Thomas Pesquet (par téléphone) Jean-François Clervoy
CNES ESA CNES

La Station spatiale internationale (ISS) est habitée sans interruption depuis l'an 2000. Plusieurs astronautes français y ont séjourné. L’un d’eux viendra nous parler de la vie à bord de la station, des recherches scientifiques qui y sont menées (notamment la recherche médicale), mais aussi des contingences matérielles. Les aspects psychologiques, comme la promiscuité à bord, l'éloignement des siens, seront également abordés.

Dernière mise à jour : ( 17-03-2015 )
 
SWEET HOME, SWEET POLLUTION…
05-01-2015
TODO supply a title

Mercredi 4 mars 2015, 19h30

Image

Au Café du Pont Neuf,
14, quai du Louvre
Paris 1

SWEET HOME, SWEET POLLUTION…

Armelle Baeza-Squiban Juliette Larbre Fabien Squinazi
Professeur Université Paris Diderot-Paris 7 Laboratoire des Réponses Moléculaires et Cellulaires aux Xénobiotiques Unité de biologie fonctionnelle et adaptative (BFA), UMR CNRS 8251 Ingénieur hygiéniste au département des pollutions physico-chimiques de l’environnement du Laboratoire d’hygiène de la ville de Paris Docteur Membre expert de l’ARCAA (Association de Recherche Clinique en Allergologie et Asthmologie) Ancien directeur du Laboratoire d’hygiène de la ville de Paris

En octobre 2013, le CIRC, Centre International de Recherche sur le Cancer, a classé la pollution de l'air extérieur comme facteur cancérogène pour l’homme (groupe 1). Qu’en est-il de l’air que nous respirons dans nos maisons et appartements ?

Chaque année, en France, la pollution de l’air intérieur serait responsable d’environ 20 000 décès prématurés. La qualité de l’air est ainsi devenue un enjeu majeur de santé publique. Car dans les pays industrialisés, nous passons en moyenne 80% de notre temps dans des espaces clos ou semi-clos (logements, lieux de travail, écoles, espaces de loisirs, espaces de sport, commerces, transports…). À ce titre, la qualité de l’air intérieur est aujourd’hui reconnue comme un facteur déterminant dans l’accroissement de la fréquence des allergies respiratoires et d’autres pathologies chroniques.

20 milliards d’euros par an en France : tel serait ainsi le coût socio-économique engendré, au minimum, par la pollution de l’air intérieur, selon une étude réalisée en 2014 par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Faut-il s’en inquiéter ? Quels sont les remèdes ? Quel air allons-nous respirer demain ?

Dernière mise à jour : ( 17-02-2015 )
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 5 - 8 sur 49

Côté BAR...

Les règles du jeu pour que nous puissions nous enivrer de connaissances au café du Pont-neuf, bien au chaud, dans une ambiance agréable, et où nous pouvons stocker notre matériel en toute sécurité :

6€ pour toute 1ère consommation (café, thé, soda, bière, verre de vin…) ;

10€ pour toute 1ère consommation d'un niveau supérieur (whisky, gin, porto, grandes bières..) ;

cette majoration de la première consommation vaut même si elle accompagne un plat.

Pour le reste, tous les sourires que vous pourrez faire aux serveurs qui se démènent seront gratuits !